La croissance externe est-elle la solution pour retrouver le chemin de la rentabilité ?

La croissance externe est-elle la solution pour retrouver le chemin de la rentabilité ?

Depuis la crise de 2007 et la récession subséquente, les banques concentrent leurs ressources et intérêts sur la protection des activités nécessaires à leur survie.

 Elles ont essayé dans un premier temps d’améliorer leur situation financière en se focalisant sur l’économie de coût et sur une croissance de leurs revenus afin de satisfaire les actionnaires. Le résultat observé à l’époque fut une volatilité de leurs marges. En effet, la croissance du chiffre d’affaires n’a pas forcement conduit à une croissance de leurs revenus.

Dans un second temps, les banques ont cherché à retrouver de la rentabilité en passant par une croissance externe. En 2018, il y a eu plus de 250 acquisitions de croissance externe dans le secteur bancaire, acquisitions d’une valeur moyenne de 160 millions de dollars. L’acquisition la plus importante à sans aucun doute été celle d’Astoria Financial Corporation par Sterling National Bank pour un montant de 2.194 millions de dollars.
Ce besoin d’expansion n’est que la résultante d’un problème plus profond du système bancaire. En effet, sur cette dernière décennie la rentabilité des banques a fortement diminué passant de 0,63% à 0,09% du ROA.

Sur cette dernière décennie la consolidation des banques s’est redéfinie aussi bien horizontalement que verticalement. On constate également un intérêt particulier du secteur bancaire pour les nouvelles technologies et leur potentiel.

Un article de Paul Perez, consultant chez Vertuo Conseil (membre du groupe Square) et détaché en mission chez Initio Belgique.

Read More

Discover more insights on the Square news platform